×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

L’ONU suspend son aide en Syrie

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4860 Le 21/09/2016 | Partager
Un convoi humanitaire bombardé à Alep
Etats-Unis et Russie s’accusent mutuellement

La trêve en Syrie n’aura duré qu’une courte semaine! A peine que Damas annonce la fin du cessez-le-feu que le bruit des bombardements a commencé à retentir dans la ville d’Alep. Un convoi de 31 camions d’aide humanitaire de l’ONU et du Croissant-Rouge syrien a été la cible d’un raid aérien dont les instigateurs ne sont toujours pas déterminés. «S’il s’avère que cette attaque impitoyable a délibérément visé des humanitaires, alors elle équivaut à un crime de guerre», a prévenu Stephen O’Brien, patron des opérations humanitaires de l’ONU.
Dans l’attente d’une nouvelle évaluation de la situation sécuritaire, les Nations unies ont suspendu leurs convois humanitaires en Syrie. L’ONU demande également «l’ouverture d’une enquête» pour identifier les auteurs de l’attaque.
John Kirby, porte-parole du Pentagone a affirmé que Washington était «scandalisée» par l’attitude de la Russie sans pour autant l’accuser directement. «Les Russes ont signé un accord, il faut voir maintenant ce qu’ils disent. Mais le plus important, c’est qu’ils doivent contrôler le président syrien Bachar al-Assad», complète le secrétaire d’Etat John Kerry.
De son côté, l’armée russe entreprend des recherches sur ce raid. «Nos militaires enquêtent actuellement sur ces informations», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov qui juge la situation syrienne «tendue». «Les conditions sont très simples: il faut cesser les tirs, il faut que les terroristes arrêtent d’attaquer l’armée syrienne. Et bien sûr, il serait bien que nos collègues américains ne bombardent plus par erreur les Syriens», poursuit-il en allusion aux frappes menées, samedi dernier, par la coalition internationale pilotée par les Etats-Unis et qui ont fait 90 morts dans les rangs de l’armée syrienne.
L’armée syrienne avait annoncé la reprise des hostilités faisant ainsi porter le chapeau aux rebelles qui n’ont «pas respecté une seule disposition de l’accord de trêve»
Les bombardements qui ont eu lieu lundi soir ont endommagé 18 camions du convoi d’aide humanitaire. Les véhicules transportaient des ravitaillements et de l’équipement médical en soutien aux 780.000 civils qui vivent dans les régions dévastées par la guerre en Syrie. «Environ vingt civils et un membre du personnel du Croissant-Rouge syrien ont été tués. Une grande partie de l’aide a été également détruite», a annoncé la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

Enième appel à la trêve

En marge de la 71e Assemblée générale de l’ONU qui se déroule à New York, le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) a tenu une réunion d’urgence, hier mardi, pour examiner l’accord de cessez-le-feu parrainé par Moscou et Washington. Les puissances mondiales membres du GISS tentent de relancer le processus diplomatique dans le pays ainsi que la trêve qui a volé en éclat.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc