×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Aéroports

Par L'Economiste| Edition N°:827 Le 08/08/2000 | Partager

EMBARQUEMENT immédiat vers l'aéroport de Casablanca, qui "accueille" ces jours-ci beaucoup de MRE, de touristes, d'hommes d'affaires... C'est la vitrine, la première et la dernière impression du pays. Cet aéroport, comme beaucoup d'autres, est le reflet de nos défaillances managériales.La queue: c'est la règle au contrôle passeports, qui dure au moins une minute par personne et se cumule à trente pour le dernier de l'avion. C'est l'exception à Roissy ou Heathrow qui reçoivent 20 fois plus de passagers. Dans les pays pourtant fermés par les visas, c'est un regard, un cachet, parfois un scan, le tout en dix secondes. Il y a douze guichets à Casablanca depuis l'inauguration, et ils ne sont pas toujours ouverts.Les technologies: elles ne suppriment pas une opération sur papier, elles s'y ajoutent. Au contrôle de la fiche de police s'est greffée une saisie. Idem au parking où une caisse automatique a été installée. Les gens payaient de leur voiture; ils sont maintenant obligés d'en descendre et parfois de demander au préposé d'actionner la barrière... automatique.La rente: dans les rares cafés, la bouteille d'eau coûte plus cher que dans l'avion.La force: les caddies gratuits sont devenus payants, réquisitionnés par les jeunes du coin, qui les louent et les détériorent au passage.La transparence: vous attendez un parent; son avion est en retard, détourné, perdu dans l'espace? Vous partez? l'avion est en retard pour une heure ou trois, annulé? Nul ne le sait, ni les compagnies, ni l'ONDA, ni le tableau d'affichage. Parfois, seule la préposée aux toilettes est au courant.Le service: garanti par les hommes et les femmes en uniforme, sans sourire, sans bonjour. Passeport! Argent! Qu'avez-vous là? Ouvrez! Avouez!Résultat: la satisfaction du client se lit sur les visages. Qu'ils sont tristes dans la zone arrivée et heureux dans la zone départ.Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc