×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Indépendance

    Par L'Economiste| Edition N°:2090 Le 19/08/2005 | Partager

    La multiplication des autorités administratives indépendantes dans le Royaume est une évolution naturelle du processus du désengagement de l’Etat de l’économie. Si l’on excepte l’expérience malheureuse du Conseil de concurrence fictif, l’émergence de ces autorités traduit la quête d’une redéfinition des missions de l’Etat. Elle annonce, surtout, le changement du mode de pilotage de l’économie.Ces organes de régulation constituent une nouveauté sur l’échiquier institutionnel marocain en ce qu’ils ne sont soumis, en principe, à aucune autorité hiérarchique. Vis-à-vis des opérateurs, et de l’opinion publique en général, leur crédibilité dépend de leur indépendance et de leur capacité à se mettre à l’abri des influences politiques. Or cela n’a pas toujours été le cas si l’on s’en tient au précédent de l’ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications) et les polémiques sur les conflits de compétence qui avaient opposé l’Agence au gouvernement. Tout ce remue-ménage avait fini par entacher le crédit international du pilotage, jusqu’alors sans faute, des télécoms marocaines. En ce sens, la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) sera suivie de très près dès ses premières décisions. Le secteur qu’elle a en charge est bien plus sensible que les télécoms. Cette instance devra à la fois gérer l’impatience des promoteurs et prouver qu’elle agit loin de toute pression politique. De sa capacité à assurer cette apparente neutralité, c’est-à-dire à appliquer les mêmes règles pour tous, dépendra l’évolution de ce que sera la nouvelle économie de l’audiovisuel qui se dessine.Abashi SHAMAMBA

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc