×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Droits

Par L'Economiste| Edition N°:1922 Le 22/12/2004 | Partager

Quel est l’intérêt de faire témoigner, à la TV, les victimes des années de plomb? On pourrait penser qu’en définitive, il aurait mieux valu tourner la page et ne plus en parler à cause du risque de remettre en cause la légitimité du système politique lui-même. Beaucoup, l’Espagne par exemple, ont préféré ne pas ouvrir les vieux dossiers. D’autres pays, moins nombreux, les ont ouverts, considérant que c’est un moyen d’éviter que les abus ne se reproduisent. Ce fut le cas de l’Afrique du Sud. Laisser ces dossiers fermés, dans le cas du Maroc, n’était peut-être pas le choix le plus efficient. En effet, ne plus en parler n’a de sens que si, objectivement, on a la garantie que cela ne pourra plus se reproduire. Or, malheureusement, ce n’est pas le cas. Dans ces auditions, il ne s’agira pas que de dénoncer le passé. Il s’agit surtout de créer une rupture, de rendre tout retour en arrière impossible. Contrairement à l’Espagne, le Maroc n’a pas le garde-fou de l’appartenance à l’Union européenne. Chez nous, les tentations, voire les réflexes totalitaires existent toujours et l’insécurité juridique est encore très présente.Il faudra donc que, publiquement, le manquement au droit devienne non seulement condamnable politiquement, mais qu’il soit également un acte condamné moralement, culturellement et psychologiquement par la société elle-même. En effet, le respect des droits de l’homme n’est pas seulement une question politique. Il concerne aussi la vie de tous les jours du citoyen ordinaire. Mais attention, le jeu n’est pas sans risque: une nouvelle dynamique va ainsi être créée en ce qui concerne l’Etat, le pouvoir et ses rapports avec ses fonctionnaires. Le bon objectif à rechercher est que le Maroc entre effectivement dans un système de rapports institutionnels, c’est-à-dire qu’il devienne réellement un Etat de droit pour tous.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc