×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Visées

Par L'Economiste| Edition N°:4539 Le 03/06/2015 | Partager

Le film de Nabil Ayouch et  le spectacle de Jennifer Lopez suscitent un débat qui dépasse totalement la nature de ces œuvres. Après tout, nous sommes là dans le domaine artistique où la provocation est de rigueur. On aime ou on n’aime pas. On peut aussi détester.
Les Marocains ont été des dizaines de milliers à apprécier Jennifer Lopez. Ils sont probablement aussi nombreux à ne pas l’apprécier du tout. Il en va de même pour le travail de Nabil Ayouch.  
Mais de là à ce que cela devienne une usine à polémiques et anathèmes, sur laquelle se jettent des partis politiques, voilà qui surprend, a priori.
En réalité, le PJD, qui conduit le gouvernement, se présentait comme le défenseur de la moralité et de la vertu. Or, sur ce plan, depuis quelque temps, il a du mal à demeurer «blanc-bleu»...
Voilà pourquoi ce parti s’excite tant. Jennifer Lopez est arrivée bien à propos pour détourner l’attention. Quant au jeune Ayouch qui se serait contenté d’un bon petit buzz, le voilà propulsé dans des polémiques de politique bien politicienne.
On sait que le pouvoir use. Au fil du temps, il fragilise les cohésions que l’on croyait solides: c’est dans le gouvernement même que sont apparues les failles les plus importantes.
Il faut remarquer que le PJD est la seule composante du gouvernement à s’exciter autant. Les autres sont parfaitement conscientes que ce sont-là des messages très négatifs et parfaitement contre-productifs pour le Maroc et l’économie marocaine. A commencer par le tourisme et toutes les activités liées au capital immatériel.
Cette controverse aurait dû être et rester un débat de société comme il en existe partout. Ce n’est pas le chemin qu’elle prend. Au contraire.
Sous les coups des islamistes, et à des fins électorales, on cherche à fragmenter la société marocaine, pour l’affaiblir afin de la contrôler.
Abdelmounaïm DILAMI
 

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc