×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Valeurs

Par L'Economiste| Edition N°:1814 Le 19/07/2004 | Partager

Parce qu'ils ont attrapé des élèves fraudeurs en plein examen, des enseignants sont physiquement menacés; des libraires vendent des antisèches toutes prêtes; des jeunes filles dissimulent leur GSM sous leur foulard (qu'elles ont le front de qualifier d'obligation religieuse!)… Une enquête de L'Economiste montre l'ampleur de la fraude. Elle montre aussi et surtout toute la pression qu'exerce aujourd'hui le délabrement moral qui s'est emparé de l'enseignement, un délabrement qui ne date pas d'hier mais remonte aux années 70. Attention de ne pas raisonner à l'envers: il faut se féliciter des saisies “d'antisèches”, complimenter et protéger les professeurs qui les ont réalisées puis ont expulsé les tricheurs. En fait, c'est dans les classes et dans les matières où l'on n'a pas trouvé de fraude qu'il faut s'interroger sur la qualité des surveillants, pas l'inverse! C'est dans ces classes “sans fraude” qu'il faut s'interroger sur la valeur du diplôme que vont obtenir les élèves. Tous seront victimes de la dévalorisation, les bons élèves comme les fraudeurs. On ne peut certes pas demander aux bons élèves de dénoncer les fraudeurs, ils ne le feront pas, mais ils doivent être informés de ce que leurs propres diplômes vont perdre à cause des tricheurs. Ainsi participeront-ils, avant que le délit ne soit commis, à la pression morale pour l'empêcher ou le limiter.Un autre danger est apparu, qu'il faut bien mesurer pour en limiter les risques: la présence des parents dans la gestion des lycées et collèges. A cause de la défaillance de la gestion publique, de plus en plus d'associations assurent l'ordinaire des écoles. Il n'y a pas que des avantages dans ce système. Il y a aussi le risque de voir des responsables d'établissement recommander la mansuétude pour les enfants des parents qui donnent beaucoup. Il faut aider le corps enseignant à résister à ces demandes: il ne faut pas que les valeurs de l'école sombrent pour deux pots de peinture!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc