×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Vaccins

Par L'Economiste| Edition N°:2147 Le 09/11/2005 | Partager

Ce procès ne doit pas devenir celui des vaccins, encore moins celui de la médecine. L’affaire de l’enfant Achraf, devenu invalide après un vaccin contre l’hépatite, fera sans doute jurisprudence. La famille a remporté le procès fleuve qui l’opposait au labo fabricant. Tant mieux, même si l’indemnisation ne fera qu’atténuer, et ne compensera jamais le préjudice de la victime. Quels autres enseignements?Revenir sur les bienfaits des vaccins serait catastrophique. Le risque, c’est de s’orienter vers une médecine pusillanime, sur la défensive, plus soucieuse de favoriser la sécurité juridique des prescripteurs que d’explorer toutes les voies thérapeutiques pour le patient. C’est d’abord oublier les ravages que provoquaient bien des maladies (coqueluche, polio…) avant l’apparition des vaccins. C’est ensuite omettre que dans de nombreux cas, notamment les maladies rares et incurables, bien des familles relèguent, en connaissance de cause, les risques thérapeutiques au second plan. Pourvu que l’on explore toutes les chances de survie pour le patient, fût-ce 1 chance sur 1 million. Et c’est justement cette médecine qui ose qu’il faut se garder de sanctionner. Et même sur la polémique en cours, il convient de ne pas avoir la mémoire courte: le vaccin contre l’hépatite B a sauvé bien des vies, évité bien des cirrhoses. Si en matière de santé, il y a le principe de précaution, il ne doit cependant pas être appliqué de manière quasi dogmatique. L’analyse serait biaisée si l’on ne garde à l’esprit que le risque de sclérose en plaques et que l’on oublie de le comparer aux risques de contamination par le virus de l’hépatite B, fréquemment rencontré au Maroc. Le plus important, c’est de faire preuve de transparence, d’informer sur les bénéfices-risque des choix thérapeutiques mais ne pas entretenir les rumeurs les plus folles et les plus infondées.Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc