×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Trump

    Par Abdelmounaïm DILAMI| Edition N°:5014 Le 02/05/2017 | Partager
    abdelmounaim_dilami.jpg

    La résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara, la première du mandat Trump,  est significative d’un grand changement. En effet, les démocrates américains et  l’administration Obama avaient entrepris de déstabiliser tous les pays arabes, en détournant les «printemps arabes» et en soutenant diplomatiquement, financièrement et politiquement les Frères musulmans.

    Pour les démocrates et l’administration Obama, le monde arabe était à refaire entièrement. Hillary Clinton l’a d’ailleurs écrit noir sur blanc: «les régimes arabes sont bâtis sur du sable, il suffit de les pousser pour les faire tomber».
    Peu leur importait les drames humains et les familles détruites. Nous sommes perçus par les démocrates américains, comme des cobayes, rien d’autre.

    Probablement idéaliste au départ, cette logique a donné une stratégie impérialiste exacerbée. Elle a détruit  la Syrie, a ruiné et a failli détruire l’Egypte. A travers le Yémen, lui aussi détruit, l’Arabie saoudite était dans le collimateur. L’Europe comme entité était elle-même menacée.

    C’est allé si loin que les démocrates américains, convaincus être les seuls détenteurs de vérité, ont eu du mal à accepter le résultat des urnes, aux Etats-Unis même, car il ne leur était pas favorable.
    Le Maroc, le pays le plus stable de la région, sait gérer pacifiquement ses contradictions, y compris les changements de majorité selon le résultat des urnes. Pourtant, les démocrates américains n’hésitaient pas à mettre en danger la paix et la stabilité de notre pays,  avec des propositions extrêmes et farfelues sur le Sahara, n’eût été le soutien objectif et constant de la France.

    Au-delà des discours à l’emporte-pièce du nouveau président Trump, sa politique isolationniste est à regarder de plus près. Contrairement à ce qui se dit souvent, il n’est pas impossible qu’elle soit une bonne base pour réduire l’impérialisme des années passées.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc