×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Trottoirs

Par L'Economiste| Edition N°:1785 Le 08/06/2004 | Partager

Les Marocains ont un problème avec les trottoirs: ils les détestent et ils le font savoir… en les évitant. Dans les rues, c’est l’anarchie, on marche n’importe où et n’importe comment. Et c’est toujours la faute à l’étroitesse des trottoirs, aux cafés qui squattent l’espace public (ce qui est vrai)… Depuis hier, le Comité national de la prévention des accidents de la circulation, en collaboration avec le Croissant-Rouge, lance une vaste campagne de sensibilisation sur Casablanca et Rabat, à destination des piétons et des personnes vulnérables (enfants, personnes âgées et handicapés). Le but est d’inciter au respect des règles de la circulation et faire respecter leurs droits par les conducteurs, ces criminels du volant qui jouent avec leur vie et avec celle des autres. Mais cela ne dédouane pas pour autant les piétons qui sont aussi responsables des accidents de la circulation. Des accidents provoqués par la négligence, l’ignorance des règles les plus élémentaires, le non-respect de tout ce qui est à respecter. Au-delà de la tragédie humaine, ces accidents coûtent très cher à la communauté et au pays tout entier. Si des milliers y restent, d’autres sont handicapés à vie. Cette campagne, qui devra être généralisée à d’autres villes, remet sur le tapis tout ce que le Maroc aura perdu dans le domaine du civisme. Alors à qui la faute? Aux gouvernants, à l’école, aux parents… donc à tous.Comme pour la corruption ou l’analphabétisme, le civisme devra être intégré dans les critères de développement d’un pays. Comme la circulation, un code ou des règles strictes pour piétons doivent être mis en place. Et comme les chauffards, les récalcitrants devront être sanctionnés et payer pour leurs méfaits.Ce serait une solution pour mettre fin à l’hécatombe, au laxisme et pour que les Marocains deviennent enfin des citoyens responsables.Pour le salut de tout le monde.Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc