×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Tricheurs

Par L'Economiste| Edition N°:2026 Le 23/05/2005 | Partager

Curieux accident du travail! Il frappe les compagnies d’assurances à la main droite, celle qui encaisse. Les souscriptions baissent, alors qu’elles auraient dû s’envoler, par l’obligation de l’assurance Accident du travail. Comme pour tous les AT, cela mérite une déclaration au médecin, ici le ministère des Finances, puis une ordonnance. En attendant, rappelons que l’obligation de l’assurance AT, l’alignement de son assiette de cotisations sur celle de la CNSS, devaient simplement servir à mieux couvrir les accidentés, les vrais, pas les compagnies. Ce fut d’abord une envolée des taux, un choc pour les entreprises. Aujourd’hui, certaines résistent encore, en ne déclarant et ne payant plus. Les nouveaux coûts de l’AT, de l’énergie, et la pression des prix chinois ont fait basculer certains dans l’informel. Plus grave, cette baisse des souscriptions est peut-être un indice d’une baisse des effectifs, ou de fermetures, dans le textile notamment.S’il y a des tricheurs parmi les patrons, ils doivent être sanctionnés, comme le prévoit la loi. L’injustice est que les entreprises,organisées, fiscalisées, portent toute la charge d’un système obligatoire. S’il y a des tricheurs parmi les salariés, qui inventent des accidents du travail, et parmi des médecins ou des juges, qui approuvent par des certificats et des jugements de complaisance, ils doivent aussi être sanctionnés. Des indemnités indues ont été distribuées pendant des décennies, sous prétexte qu’elles aident le pauvre ouvrier sans ruiner les riches compagnies. Le fond du problème est là. Comme l’assurance n’est qu’un pot commun, s’il y a difficulté à le remplir par des cotisations, c’est qu’il fuit par les prestations. La nouvelle loi est menacée par cette hémorragie, et aucun ministère, Emploi, Finances ou Justice n’a osé diagnostiquer l’ampleur de ce mal. Il contribue aujourd’hui à un accident, la baisse de souscription qui, demain, risque de se transformer en invalidité de toute la branche.Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc