×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Trafics

Par L'Economiste| Edition N°:2214 Le 15/02/2006 | Partager

Ce n’est un secret pour personne: les villes comme Casablanca, Rabat, Marrakech… sont terriblement polluées par les carburants. Avec l’aide de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, la capitale du sud a d’ailleurs entamé un programme pour diminuer les émanations. Pour elle, c’est vital: la magie de Marrakech, qui alimente le boom touristique et économique de la région, ne peut pas supporter d’être abîmée par ces problèmes de pollution. Et petit à petit, il n’y aura pas que Marrakech à être concernée directement...Soyons clairs: d’ici deux ans, en 2008, les carburants polluants disparaîtront du marché. C’est programmé et, cette fois-ci, le gouvernement en place ne pourra pas renvoyer l’application aux calendes grecques. Trop de choses sont dans la balance: divers accords internationaux, la montée de la pression de l’opinion publique, l’accroissement du tourisme…Il n’empêche que lors de la dernière augmentation des prix de ces carburants, Rabat a raté l’occasion d’envoyer un bon signal au marché. En effet, les carburants les moins polluants auraient dû augmenter moins vite que les autres. Ce n’est pas ce qui a été appliqué, au contraire. Il y a plus grave: la disponibilité et la qualité. Le long de la frontière algérienne comme dans le sud du pays, les trafics se sont développés et continuent de conquérir, au Maroc, des zones de plus en plus larges. Evidemment, ce ne sont pas les trafiquants qui vont se préoccuper de la qualité de ce qu’ils livrent et de la qualité des équipements de stockage! La Samir et les distributeurs s’en sont inquiétés, sans résultat. Que penser alors de l’inertie des services publics devant ces trafics? Quelle interprétation lui donner sinon que des «gens puissants trempent dans ces affaires»? Inévitablement, l’idée que les citoyens se font des services de répression des fraudes est que, non seulement, ce sont des incapables, mais en plus, ils sont corrompus et couards. Joli résultat!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc