×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Tapis

Par L'Economiste| Edition N°:2060 Le 08/07/2005 | Partager

Cette lutte-là ne doit pas connaître de répit. Au moindre relâchement, nous en payons le prix fort. Londres vient de se rajouter à la liste des capitales “épinglées” au tableau de chasse du terrorisme international. Sur les auteurs du drame, nous en sommes encore aux hypothèses, mais il semble d’ores et déjà que la piste islamiste se précise. Comme il y a eu un 11 septembre, un 11 mars, un 16 mai, il y aura désormais un 7 juillet. C’est donc parti pour un nouveau tour de vis sécuritaire international, tout cela par la faute de malades mentaux qui pensent avoir été mandatés, au nom d’une justice divine, à ôter la vie à des innocents. La meilleure réponse à ces monstres, c’est de les faire douter sur l’impact recherché: détruire la démocratie. Tout le challenge est là, même si d’autres tentations existent. Car ces tragédies-là vous font douter des valeurs universelles des droits de l’homme, vous font regretter d’être une des plus anciennes démocraties du monde, une société tolérante, d’abriter des groupuscules islamistes, parmi les plus infréquentables de la planète, y compris lorsqu’ils vocifèrent des discours haineux à Hyde Park. Il ne faut pas pour autant que l’édifice démocratique soit ébranlé. Les enseignements doivent être tirés dans la sérénité et c’est peut-être le moment de relancer certains débats. Après ce qui s’est passé à Londres, une partie des critiques va ainsi cibler la classe politique britannique, de gauche notamment. Pendant longtemps, on lui a reproché sa complaisance à l’égard des extrémistes dont certains se sont établis dans la capitale britannique. De même, une partie de la communauté financière londonienne est accusée de flirter avec des financiers islamistes, sans que l’on connaisse avec précision l’origine et l’utilisation des fonds. A coup sûr, Blair va secouer certains tapis.Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc