×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Survie

Par L'Economiste| Edition N°:1673 Le 30/12/2003 | Partager

Oui, les chiffres sont rassurants. Non, tout n'est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. La commission des investissements a validé pour 12 milliards de DH de projets au titre de l'année 2003. Des indicateurs en hausse par rapport à 2002. Et pourtant, nous sommes tentés au fond de nous-mêmes de faire la moue car nous sommes convaincus que nous pouvons faire mieux. Nous savons tous que des projets butent sur des procédures complexes, que la bureaucratie continue de faire de la résistance, que les CRI n'ont de guichets uniques que le nom, que le foncier donne le tournis à la PME comme aux plus grandes multinationales qui veulent s'implanter au Maroc, que la main-d'oeuvre doit être sérieusement prise en charge si elle veut relever le défi d'un grand rouleau compresseur appelé Chine…Il n'y a pas de raison que des pays qui se sont initiés après nous aux charmes du libéralisme économique fassent mieux. Aujourd'hui, la Tchéquie, la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie sont en phase de devenir un véritable eldorado en matière d'investissement. Encouragés par des politiques incitatives mais aussi par le coût d'une main-d'oeuvre compétitive et qualifiée, la plupart des majors de l'automobile y implantent des usines ou étendent certaines déjà existantes. Peugeot compte investir avec Toyota 1,5 milliards d'euros en Tchéquie, Suzuki prévoit 265 millions de dollars supplémentaires dans une usine déjà en place en Hongrie… Sans compter tous les marchés qui vont s'y ajouter pour la sous-traitance. Ce sont là des exemples à méditer très sérieusement pour s'imprégner des raisons qui expliquent cette vague d'investissements. C'est une question de survie, car vraisemblablement nous sommes en train de vivre la fable du lièvre et de la tortue.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc