×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Suppression

Par L'Economiste| Edition N°:995 Le 12/04/2001 | Partager

Vendredi 13. Pourvu que les parlementaires ne soient pas superstitieux. C'est l'ouverture de la session du printemps. Les députés reprennent donc le chemin de l'hémicycle, revigorés par les bons points marqués par la Commission d'enquête parlementaire sur le CIH. Cette affaire leur a permis de se défaire de l'image ingrate de chambres d'enregistrement qui leur a collé à la peau si longtemps qu'ils avaient quelque peu oublié de jouer leur véritable rôle constitutionnel. L'heure de retrousser les manches et se mettre au travail a sonné. Les parlementaires sont invités à aborder cette ligne droite avec panache. L'imagination et l'anticipation sur le futur pour traiter les points inscrits à l'ordre du jour seront incontournables. De grands dossiers sont, en effet, au rendez-vous. Le Code du Travail en est un. Le vide juridique existant dans ce domaine dissuade plus d'un investisseur. Ce texte n'est pas le seul. D'autres projets plus politiques sont promis pour cette session: le Code électoral, la Charte communale et le découpage administratif. Ces textes fondateurs pour la prochaine carte politique et le processus démocratique du pays devront éviter la cacophonie habituelle qui caractérise les deux Chambres. Le Souverain avait même appelé à mettre en place une coordination pour échapper aux lenteurs et aux doubles emplois. Objectif: accélérer le rythme du travail législatif. Jusqu'à aujourd'hui, à l'exception des réunions et une commission chargée de cette opération, rien n'a été fait. Pourtant, la construction d'un système juridique et politique moderne, puissant et en phase avec ce qui se fait ailleurs, est à ce prix. Une solution d'urgence est à prendre. Pourquoi ne pas sortir cette vieille idée de suppression d'une chambre. En tout cas, ses partisans sont partout.Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc