×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Sucre

Par L'Economiste| Edition N°:3163 Le 04/12/2009 | Partager

En appelant à une prise de hauteur sur la subvention du sucre, les limonadiers soulèvent un débat de fond. Le même que celui qui devrait sous-tendre la réforme de la compensation annoncée pour 2010. Sur ce chantier, toutes les idées novatrices sont les bienvenues, et quelle que soit la décision, celle-ci va nécessiter un courage politique qui dépasse largement les envolées lyriques au Parlement. Si les producteurs répugnent à reverser la subvention, il faut les écouter. D’abord, la formule a par essence une vocation qui rend moins compréhensible que certaines activités ou secteurs puissent en bénéficier et d’autres non. Ensuite, on le sait, et on l’a vu pour certains produits tels que la farine ou le gaz butane, le dispositif imaginé au départ et visant à soulager les foyers précaires a été dévoyé. Et ce ne sont pas toujours les plus pauvres qui en profitent systématiquement. Du coup, sur la question du sucre, les limonadiers préfèrent arbitrer par rapport à ce qu’ils considèrent être une formule de «détaxe». Les mots ont un sens. Parler de subvention dilue quelque part l’identité des bénéficiaires. Faire allusion à la détaxe porte le débat sur le champ de la consommation. Les opérateurs savent que le combat sur les prix sera perdu d’avance s’il est présenté exclusivement sous l’angle financier ou corporatiste. Ils peuvent donc surfer sur une vision de la société marocaine où certaines boissons gazeuses sont une source de revenu pour le petit commerce, et ne sont pas loin de constituer un aliment de base, moyennant accompagnement de pain et de thon! Sur ce combat, ils peuvent être suivis. Maintenant il y a un autre clignotant qui s’allume pour la filière, c’est celui de la probable augmentation de la TIC. Le secteur estime que la mesure devrait tomber au combat pour la compétitivité des entreprises et de la «préservation du pouvoir d’achat».Reste à en convaincre le Parlement.Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc