×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Spoil system

Par L'Economiste| Edition N°:4111 Le 12/09/2013 | Partager

En donnant au gouvernement le pouvoir exclusif de nommer la grande majorité des hauts fonctionnaires, la Constitution ouvre une possibilité de transformer le jeu politique du pays.
En effet, quand un nouveau gouvernement a le droit de choisir librement des milliers de fonctionnaires de haut rang, le système peut glisser vers la conception américaine. Cette dernière est connue sous le nom de «spoil system», système des dépouilles (plus brutalement dit: avoir la peau de son prédécesseur, le tuer et prendre ses biens). L’idée est simple: le nouvel arrivant  aura ainsi l’administration à sa main. De ce côté-ci de l’Atlantique, on se méfie de ce système. En Europe comme au Maroc, on considère qu’il y a une permanence de l’Etat dépassant les conjonctures politiques. Ainsi,  Allemands et Français crient au scandale si leur gouvernement abuse de son droit de nommer. L’Europe va  très loin dans cette voie en protégeant les fonctionnaires contre les décisions politiques.
Au Maroc, avec la force polarisante du Trône, il est évident que notre pays appartient à l’école de la permanance de l’Etat. Il était donc intéressant de voir ce qu’il adviendrait avec cette possibilité d’établir un «morrocan spoil system» surtout qu’il était inquiétant de voir la force et la prégnance des fausses idées répandues (sciemment ?) sur le sujet. Pour l’instant, il y a eu des dérapages, mais pas de remise en cause fondamentale des usages.
En revanche, il faudra bien retenir que cette très longue crise gouvernementale c’est l’administration qui a fait marcher le pays. Et ce malgré les critiques qu’elle essuie tous les jours, malgré une débâcle financière comme le Maroc en a rarement connu et malgré une chaotique perte de références. Il faudra que tous les gouvernements s’en souviennent: la force des choses a choisi de ne pas donner du poids au spoil system qu’introduit (malencontreusement?) la nouvelle  Constitution.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc