×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    Sondage

    Par L'Economiste| Edition N°:2476 Le 02/03/2007 | Partager

    Pourquoi les gens se sont-ils plus mariés en 2006? Pourquoi s’étaient-ils moins mariés en 2005?Le ministère de la Justice a le mérite de tenir et de rendre publiques des statistiques sur la nuptialité. C’est nouveau, et c’est bien de savoir qui nous sommes et comment nous agissons. Ce serait mieux de connaître le pourquoi de ces comportements. Donner l’information factuelle est bien, lui donner du sens est nettement mieux. Dans cette affaire, on avait dit que la Moudawana décourageait les mariages en 2005, cette même Moudawana les aurait-elle encouragés en 2006?! On se mariait moins, disait-on, car il y avait une relance économique; on se marie plus car il y a une relance économique! En l’absence de sondages sérieux, on peut invoquer n’importe quelle explication, avec le risque que ceci soit une bêtise!Or il est primordial, vital, de savoir pourquoi les gens font telle ou telle chose et pas telle et telle autre. Du temps où l’Etat s’occupait de tout et combattait violemment ceux qui ne voulaient pas rentrer dans son moule, nul besoin d’étudier les comportements des administrés. Donner un ordre et réprimer les déviances suffisaient amplement pour gérer tout le pays. Aujourd’hui, le Maroc n’est plus du tout sur ce modèle. Les administrés conduits à la baguette sont devenus des citoyens, des producteurs et des consommateurs, qui ont le pouvoir de choisir et ne s’en privent pas.Savoir et faire savoir pourquoi les gens agissent d’une manière plutôt que d’une autre, c’est aussi changer de siècle, éviter des gaspillages colossaux et mieux cibler les actes économiques ou politiques qui servent le Maroc et les Marocains. En un mot, améliorer la richesse que cette société est capable de produire pour elle-même.Encore faut-il que le SGG le sache, lui aussi, au lieu de proposer le texte monstrueux qu’il a fait avaler de force à l’équipe Jettou en matière de réglementation des sondages!Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc