×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Sidi Moumen

Par L'Economiste| Edition N°:1524 Le 23/05/2003 | Partager

Si la pauvreté rendait kamikaze, nous serions tous morts: 20 millions comme auteurs d'attentat et 10 millions comme victimes. La pauvreté a bon dos depuis que l'enquête mène aux bidonvilles. Chacun a sa théorie sur les “causes” du terrorisme. Même les TV étrangères vont à Sidi Moumen, berceau de la folie meurtrière . Réductrices, elles trompent le monde, et même des Marocains qui zappent au lieu d'aller voir les rues de leur pays. Oui, nous avons des Sidi Moumen, des Carrière Thomas... Il y a une misère grave, des baraques, des ordures. Mais de là sortent chaque jour des milliers de gamins en sandales vers les collèges, et les plus courageux percent dans les facultés. La misère n'en fait pas des terroristes mais des bagarreurs pour la vie, des milliers d'autres se font marchands ambulants, des mères délaissées se font femmes de ménages, des jeunes filles se font danseuses de cabaret au nez du frère barbu, d'autres encore couturières: tout le textile du pays tourne avec des piqueuses sorties des bidonvilles, et en particulier, de Sidi Moumen. La pauvreté du Maroc, c'est du courage au quotidien, avec l'aide de Dieu, pas des fanatiques. Si les pauvres croyaient ces intégristes, ils le seraient tous devenus depuis 25 ans que dure leur légende.Ces kamikazes et leurs commanditaires sont des criminels, des coupables. Il ne faut pas en faire des victimes ou des martyrs. Le problème est d'abord sécuritaire, les services cherchent. Il est ensuite moral: nous tolérons des idées de haine, de meurtre, d'irrespect de la vie, sous couvert de politique. Quant aux pauvres, le Maroc en aura par millions, encore des décennies, et s'il travaille bien. Il ne faut pas se faire d'illusions. A l'Etat, à la société, ses nantis et ses moyens de les aider à s'en sortir, cultiver l'espoir. En attendant, les attentats perturbent des milliers de revenus dans le tourisme, les loisirs. Ce sont bien les bombes qui créent la pauvreté, et pas l'inverse. Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc