×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Seringues

Par L'Economiste| Edition N°:1411 Le 09/12/2002 | Partager

Les projecteurs se détournent déjà du dossier des inondations. Pourtant, les enseignements ne semblent pas encore tirés et le deuil ne peut pas, ne doit pas encore être consommé. Il n'y a qu'à voir comment les populations sinistrées se sont elles-mêmes prises en charge par endroits, pour réaliser avec quelle légèreté les après-catastrophes sont gérées.Aux mêmes causes les mêmes effets: il faut donc craindre de nouveaux drames et le risque que cela soit traité avec la même irresponsabilité. On peut chercher à ces défaillances des raisons structurelles: l'absence de réactivité du gouvernement au moment où il faut. L'on peut aussi constater plus simplement que le talon d'Achille dans ce genre de situations, c'est la médiocrité de la gestion locale. Des élus, discrédités dès le départ par la fraude à ciel ouvert des élections précédentes, se trouvent incapables de réparer les lampions de quartier, d'en finir avec les nids-de-poule et les fuites d'eau en sous-sol, et encore moins de sauver des vies humaines. A quoi servent-ils donc? En dépit du pluralisme collectiviste, rien ou presque de ce qui est légitimement attendu par les citoyens ne s'est concrétisé.Ce n'est un secret pour personne, le peu de ressources disponibles est souvent gaspillé dans des opérations inconsistantes, pour ne pas dire inutiles ou douteuses. Quant aux présidents de communes et autres membres, lorsqu'il font la une des journaux, c'est souvent à travers des affaires de corruption et autres scandales. Il serait temps que l'on examine de plus près le bilan de ces gens à qui nous avons fait confiance. Et cela pourra et doit se faire aux prochaines communales. Le scrutin de juin revêt une importance particulière parce que les Marocains en attendent que la gestion locale soit confiée à des équipes intègres et compétentes. Les Marocains en ont assez. Assez d'être pris pour un grand corps mou, dans lequel on peut enfiler les mêmes seringues.Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc