×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Sens

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:4878 Le 18/10/2016 | Partager
    benbabid_edito.jpg

    Comment mieux évaluer les politiques publiques. La réponse à cette question, posée en vain depuis plusieurs législatures, se joue encore une fois depuis vendredi dernier avec l’ouverture de la session du nouveau Parlement. Ce travail d’évaluation revient avant tout aux élus. C’est à eux par exemple de s’assurer que l’administration, sévèrement tancée dans le dernier discours royal, est réellement au service du citoyen. C’est encore à eux de vérifier que l’acte de légiférer qui leur incombe a une portée réelle pour le pays et de rectifier le tir en cas de dysfonctionnement. C’est enfin à eux de se mettre continuellement à jour pour pouvoir prendre position sur des problématiques de plus en plus pointues. Comme pour cette bombe de l’endettement des établissements publics, sujet complètement délaissé dans le débat politique.
    Outillés juridiquement, les élus n’ont en principe plus d’excuses. L’institutionnalisation des missions d’évaluation de l’action publique à travers le Parlement, assisté par la Cour des comptes, reste l’un des principaux apports de la Constitution de 2011.
    Dans la même logique, l’arrivée de la loi organique de finances et de ses impératifs de transparence ouvre d’ores et déjà des gisements informationnels additionnels. Encore faut-il savoir les exploiter, ce qui ne semble pas être le cas.
     A l’inverse, le chef du gouvernement, lui, a bien su utiliser, du moins médiatiquement, les nouveaux espaces démocratiques qui se sont ouverts, notamment la séance de l’exposé mensuel au Parlement. Laquelle lui a donné une visibilité personnelle et explique en partie le score de son parti aux dernières élections. Evaluer n’est jamais simple. L’exercice amène l’évaluateur à s’exposer à justifier ses choix et ses orientations explicites et parfois même à commencer à s’aventurer sur des terrains qui ne sont pas électoraux. Les parlementaires ont cependant par là une occasion unique pour redonner du sens à leur mission.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc