×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Séisme

    Par Abdelmounaïm DILAMI| Edition N°:5135 Le 26/10/2017 | Partager
    abdelmounaim_dilami.jpg

    La secousse est importante. Le pays en avait bien besoin. Il l’attendait. Avec curiosité et aussi espoir. L’opinion publique ne s’est pas trompée sur les décisions royales: elle les accueille avec soulagement et satisfaction.
    L’apprentissage de la démocratie est un exercice difficile. Si les garde-fous ne fonctionnent pas correctement,  la politique politicienne aura toujours tendance à prendre le dessus, face aux autres considérations de la gestion publique. Soulignons qu’un  garde-fou  efficace contre cette dérive est le bon accès à l’information et sa circulation libre.  
    Depuis son accession au Trône, Mohammed VI s’est fixé deux objectifs principaux: d’une part, instaurer un Etat de droit et la démocratie, d’autre part,  accélérer le processus de développement avec une attention toute particulière à l’inclusion des zones et populations désavantagées.
    C’est la vision stratégique centrale.
    Pour cela, il faut la participation de tous les rouages de l’Etat. Or la politique politicienne a pris le dessus, en procédant au détournement du concept de démocratie. Le partage, la répartition des postes sont devenus un «partage de gâteau». L’efficience et la compétence ont été reléguées au second plan. La vigoureuse intervention royale respecte strictement les dispositions constitutionnelles et aussi, nuance importante, dans leur pleine mise en œuvre.
    Le Roi a tenu à rappeler fortement que la finalité de la gestion des affaires publiques n’est rien d’autre que la satisfaction des besoins et attentes des citoyens. Et surtout pas la satisfaction des ambitions personnelles ou claniques des acteurs politiques eux-mêmes.
    D’aucuns peuvent penser que la démocratie implique une gestion molle, ce qui serait contraire à toute ambition de développement économique et social. Ce n’est pas la voie que les Marocains ont choisie. Ils veulent que soit imprimé un rythme soutenu d’essor inclusif, pour l’ensemble de la société.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc