×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Sécurité nationale

Par Nadia SALAH| Edition N°:5578 Le 26/08/2019 | Partager
nadia_salah.jpg

Pour entrer sur la partie régionale Casa-Settat du site du ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, il faut s’identifier et avoir un mot de passe.

Néanmoins, n’allez pas y perdre votre temps: les derniers chiffres concernant l’aéroport Mohammed V datent de… 2013! Allons directement vers le site de l’ONDA (Office national des aéroports). Les derniers chiffres sont de mai 2019. Ils auraient dû être mis à jour deux fois depuis cette date, le 20 juillet et le 20 août.  Cependant, c’est nettement mieux que ce que fait le ministère de tutelle.

Le titre annonce une forte hausse des passagers, le texte donne une baisse et le tableau joint fournit d’autres données. La «baisse des passagers était prévisible en raison de ramadan», dit le commentaire, qui n’explique pas pourquoi ces passagers ont augmenté à Marrakech.

Les Marrakchis auraient-ils de meilleurs imams et des f’tours plus délicieux? Le citoyen y apprendra que l’aéroport Mohammed V a été classé «meilleur aéroport» en 2018 en raison de sa qualité de service (sic!).

La qualité est exceptionnelle puisque les passagers restent entre deux et quatre heures à regarder la livraison des bagages.  Le spectacle est intéressant.

Un homme, habillé de vêtements usés et sales, passe par le soupirail des bagages quand un mauvais esprit lance le tapis roulant. L’homme tombe. Des passagers se précipitent à son secours. Il brandit une grosse clef. Tout le monde recule et le laisse se glisser tout entier sous le tapis roulant, qu’il bloque. Il réapparaît et s’en va comme il était venu.

C’est un sabotage, évidemment. Mais quelle surprise quand arrivent des gens chargés de l’entretien (?) ne sachant pas très bien comment remettre le tapis en marche.

Là, on n’est plus dans une question de qualité. C’est la sécurité nationale qui est gravement mise en cause. Pendant ce temps, le DG est applaudi en train de signer des conventions à l’utilité douteuse…

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc