×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Se réinventer

    Par L'Economiste| Edition N°:3320 Le 15/07/2010 | Partager

    Soyons francs: sommes-nous réellement compétitifs? Qu’avons-nous à proposer et qui fera la différence avec nos concurrents? Cette question quasi existentielle revient tous les ans dans les rapports dédiés et les constats se font de plus en plus féroces.Alors, le pays aurait tout faux? En tout cas, les résultats font qu’il régresse ou stagne dans la plupart des classements internationaux, qu’il traîne encore ses lourdeurs, qu’il tâtonne toujours... bref une torpeur dont il n’arrive pas encore à s’extirper. Il n’y a pas de solutions prêtes à l’emploi. Mais elles existent et elles ont un prix. Elles signifient notamment des produits bien pensés et qui fonctionnent, un marketing soigneusement ciblé, des économies d’échelle, une bonne politique des RH, l’innovation qui crée la puissance, un climat des affaires sain et encourageant pour les investisseurs. C’est dans ces détails que l’on peut mesurer l’efficacité et la performance.De même, les entreprises ont besoin de trouver en face une administration (surtout dans les petits niveaux) tournée vers le développement économique et non une «cinquième dimension» qui fonctionne selon ses propres «normalités». Sinon, on finira par ne plus rien construire de solide et donc très mal gérer toutes les énergies et initiatives. A plusieurs reprises, le Maroc a prouvé qu’il pouvait réussir et monter sur le podium. Alors quel que soit l’angle par lequel on aborde le développement, le gros pari est de réinventer notre façon de travailler. Et de passer des stratégies «naïves» et orphelines à des politiques globales qui prennent en compte l’ensemble des secteurs. Et ne pas attendre que des concurrents, dont l’appétit grandit, prennent notre place.Soyons francs: nous n’y sommes pas encore. Mais soyons quand même optimistes: on peut y arriver.Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc