×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Routes

Par L'Economiste| Edition N°:3129 Le 15/10/2009 | Partager

Vous l’avez remarqué: il y a une grande différence de qualité entre les routes entretenues par l’Etat et celle qui le sont par les communes ou les communautés urbaines. Si ce phénomène est particulièrement visible à Casablanca, il est réel dans la plupart des villes. Ces dernières sont responsables de voies, pour lesquelles elles n’ont ni les moyens financiers, ni les moyens humains et techniques. En fait le problème vient des années 80. On a voulu développer les pouvoirs des communes pour être plus proches des besoins des habitants. Un bon projet, mais qu’on a appliqué sans bien réfléchir, se contentant de dessiner des territoires. Aujourd’hui, il faudrait reposer le problème autrement. Ainsi, à partir de toutes les chaussées construites dans les villes, il faudrait faire un classement en deux catégories: les voies qui ont une utilité locale, destinées à la circulation entre les quartiers et celles qui ont une utilité nationale. Les chaussées d’utilité nationale, c’est normal, s’usent bien plus que les autres. Il s’agit là d’une charge très lourde pour les communes, alors que l’enjeu stratégique est relativement faible. Pourquoi devraient-elles dépenser beaucoup d’argent et mobiliser des compétences rares, alors que les électeurs leur reprochent de ne pas faire assez pour les habitants? Les années passant, on aboutit insensiblement à la constitution d’un réseau routier de qualité dans les campagnes, lequel perd tout son avantage dès qu’on approche d’une ville!Il serait vraiment utile de reposer la question du niveau réel de l’enjeu des voies de circulation, pour enfin les placer chacune dans le niveau de responsabilité qui est le sien.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc