×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Résultats

Par L'Economiste| Edition N°:2887 Le 23/10/2008 | Partager

Casablanca a-t-elle atteint le point de non-retour? La ville a du mal à gérer les défis de son gigantisme. Ses habitants, ses entreprises ne cachent pas leur amertume face à un développement chaotique. Jamais les automobilistes de la métropole n’ont autant pesté qu’en cette année devant l’asphyxie ininterrompue de ses artères. Et dans ce qui semble être une jungle urbaine, les intempéries, les parcs de véhicules (300.000 par jour), les impératifs de croissance n’expliquent pas tout. Il y a incontestablement un gisement de… gaspillages et d’incompétences qu’il faut finir par combler. Les services publics n’ont pas été en mesure jusque-là d’accompagner le mouvement. Si bien que certaines insuffisances font ressembler Casablanca au bourg qu’elle était au XIXe siècle. La transformation d’une ville est toujours un processus difficile. Mais peut-on pour autant faire l’économie de la mise à niveau, se satisfaire d’un ingrat statut de «poumon économique et financier du pays» sans exigences de contrepartie pour ses hommes et ses femmes, à qui l’on doit au moins un cadre agréable pour y vivre et travailler? Dans cette ville où l’immeuble de luxe peut côtoyer le bidonville, les contradictions, les incohérences sont flagrantes. Visiblement le problème numéro un reste le transport collectif, aujourd’hui facteur d’exclusion, de sous-productivité, de pollution, d’insécurité et d’anarchie par la même occasion. Aujourd’hui, il y a une volonté de placer la ville au rang de grandes métropoles internationales. Le fait que le Souverain en personne se soit emparé du dossier, avec des exigences d’échéanciers, est un signal fort sur son urgence. Le calendrier c’est un peu ce qui manquait à ce chantier qui a multiplié jusque-là promesses de «schémas directeurs», de «plans d’aménagements» mais sans grands résultats. Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc