×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Ressources

Par L'Economiste| Edition N°:3309 Le 30/06/2010 | Partager

La conjoncture renvoie des signaux contradictoires. Autant le soupçon de reprise peut paraître fragile, autant le risque de déprime pourrait sembler durable. Le contexte est qui plus est rendu délicat par un environnement économique mouvant et un budget de l’Etat incertain. Au cœur de la crise, le Maroc aura jusque-là bien manœuvré donnant la priorité à des mesures de relance et d’accompagnement des filières en difficulté, mais pas encore à l’assainissement de ses comptes publics. A l’ogre de la masse salariale vient s’ajouter aujourd’hui d’autres menaces, celles de la compensation ou des retraites. Dossiers pour lesquels les tergiversations risquent de conduire le pays vers l’impasse. Bien entendu il y a d’autres signaux qui conduisent plutôt à cautionner la compétitivité Maroc. La montée en puissance de la présence française, belle signature pour l’attractivité pays, en est un exemple. Mais là aussi l’on aimerait bien que la logique du tropisme franco-marocain aille jusqu’au bout. Que le gouvernement El Fassi s’inspire du pharaonique plan d’austérité de Sarkozy, au lieu de prendre de timides engagements sur la réduction du train de vie de l’Etat, sans chiffres, ni calendrier. Et ce n’est pas les arguments qui manquent, à ce titre. A l’évidence, il n’y a pas encore d’indices d’inflexion du déclin commercial dans la compétition internationale. Au contraire, les chiffres sur les échanges extérieurs auront charrié sur ces derniers mois leur lot de mauvaises nouvelles. Après le textile qui ne redémarre pas, et l’aéronautique «en petite année», la dernière en date concerne la flambée de la facture pétrolière, équation qui pourrait probablement compliquer les arbitrages pour le budget. Dans un contexte on le sait de quasi assèchement des ressources de la compensation. Une flagrante illustration de jours qui pourraient s’annoncer difficiles. Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc