×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Réseaux

Par L'Economiste| Edition N°:955 Le 12/02/2001 | Partager

Que va-t-il sortir de cette affaire CIH? Une chose est sûre: personne ne peut plus l'enterrer et c'est heureux. Le Maroc ne peut plus continuer à vivre sur le mode clientéliste d'échanges de services et de réseaux familiaux, partisans ou d'affaires.De ce point de vue, le travail de la Commission parlementaire est absolument irremplaçable. Il est et restera une date-clef de l'histoire, le moment où le Maroc a dit que les élus avaient vraiment le pouvoir d'investigation sur la chose publique. Et avec ce pouvoir, le pouvoir de dénonciation, lequel est le seul à laisser espérer «le plus jamais ça» réclamé par l'opinion publique.Malheureusement, il ne suffit pas de le décréter pour que le clientélisme entre sans regimber dans le placard de l'Histoire. Or, le travail de la Commission a bien l'air de souffrir aussi du poids des usages. Quelques oublis, quelques situations un peu chargées... il n'en faut pas plus pour atténuer des responsabilités et en mettre d'autres en relief. Il suffit que cela corresponde plus ou moins à des clivages de réseaux ou des clivages politiques, pour que personne ne veuille croire au hasard. Le bénéfice de l'opération sera perdu. L'opinion publique dira «tous pourris». A partir de là, toutes les aventures peuvent survenir.En ce sens, Bank Al-Maghrib fait bien de ne pas se laisser accuser et de montrer ce que la Commission doit à son travail. BAM montre aussi autre chose, qu'elle était moins forte que certains réseaux. Il lui manquait le pouvoir d'appeler l'opinion publique. La Commission a ce pouvoir, mais elle est influençable par d'autres réseaux, des réseaux qui ne peuvent pas piéger Bank Al-Maghrib. En fait, c'est un équilibre des responsabilités, des compétences et des pouvoirs qui est en train de naître. Il faut l'encourager, car c'est cela une démocratie qui fonctionne.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc