×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Reprise

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5849 Le 23/09/2020 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Encore des statistiques cruelles, là, sous nos yeux. La facture Covid continue d’alimenter déséquilibres financiers, arrêt d’activité, chômage et, comme il fallait s’y attendre, menace aujourd’hui l’un des plus gros régimes de protection sociale, celui de la CNSS.

Alors que la prospective n’a jamais été aussi incertaine, il faut s’attendre à ce que le bilan des effets économiques et sociaux de la pandémie ne soit pas définitif. Il continuera de subir le diktat d’une grande inconnue, aux orientations contradictoires et souvent incohérentes: la manière avec laquelle la situation sanitaire sera gérée par le gouvernement. De ce détail dépendra tout le reste.

Face à cette situation, deux postures sont possibles. La première est de se résigner à perdre confiance,  concentrer les efforts à compter les morts et à panser les blessés. La seconde, la plus sage, conduit à considérer que nous ne sommes pas entièrement désarmés, y compris dans une conjoncture inédite, et suggère de commencer par identifier l’ennemi public numéro 2, après le Covid: un état d’esprit qui s’intitule défaitisme.

Cette dernière voie, celle des chances de guérison, n’incite pas à éluder les sujets qui dérangent. Certains sont économiques et invitent à se demander si le Maroc ne dévie pas trop dangereusement de la route de l’endettement public ou de la croissance. Un déni de réalité que la banque centrale a d’ailleurs soigneusement évité lors de son conseil d’hier.

D’autres relèvent d’impératifs de gouvernance et incitent à rappeler que c’est au prix d’une accélération des réformes que le pays pourra véritablement retrouver les voies de la reprise. D’autres encore, dans le prolongement des précédents, interpellent la classe politique. Laquelle est prévenue que c’est à elle, tant au niveau du Parlement que de l’exécutif, d’être imaginative pour aider à lever le voile de scepticisme.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    publ[email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc