×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Régulation

Par L'Economiste| Edition N°:3383 Le 14/10/2010 | Partager

CE n’est malheureusement pas la première fois que cette colonne s’inquiète de la régulation d’un secteur aussi colossal que l’assurance maladie obligatoire.Certes, l’élargissement de l’AMO a été différé. Une décision prudente et avisée. Néanmoins, retarder le moment de faire le saut ne règle pas le problème de savoir si, à l’atterrissage, nous aurons un bon matelas, un sol dur ou le vide. Or, les études convergent avec l’intuition: l’atterrissage se fera sur un sol dur, très dur, après une longue chute dans le vide.Nul ne conteste la nécessité d’organiser la solvabilisation des soins de santé, au maximum de ce qu’il est possible de faire. C’est là une méthode, la principale méthode devrait-on dire, par laquelle le Maroc réduira la formation des poches de pauvreté. Le consensus sur cette question est puissant, constituant donc un acquis politique précieux. Le Maroc n’a pas à mener la même bataille qu’Obama sur ce sujet et peut donc aller bien plus loin. Sauf…Sauf si, plus loin justement se trouve ce dangereux saut dont on ne sait pas grand-chose; excepté qu’il y a des risques peut-être ingérables, des évolutions que l’on ne pourra, que l’on ne saura pas maîtriser. Citoyens et hommes politiques ont sous les yeux les coûteux avatars de la Compensation, dont la gestion a totalement échappé à nos responsables. Et ne parlons pas de la gestion financière des ressources humaines de l’Etat… Voilà deux exemples qui ne sont guère gratifiants: nous ne savons pas arrêter les hémorragies de dépenses publiques quand elles deviennent folles. Une seule solution donc: ne jamais les laisser libres. C’est pourquoi la loi a créé l’Anam, un régulateur autonome, dont le travail est de ne pas laisser l’AMO devenir folle.Pourtant autant le Maroc a réussi sa régulation des télécoms et celle de l’audiovisuel, autant sa régulation de l’assurance maladie manque de poigne et de vision. Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc