×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Réforme

Par L'Economiste| Edition N°:1947 Le 28/01/2005 | Partager

Sur le thème de l’audiovisuel, on a constaté pendant des années qu’on a beaucoup parlé mais très peu agi. La tendance commence à s’inverser. Une première avancée a porté sur la réforme institutionnelle qu’est venue couronner la promulgation de la loi 77-03. Les premières conditions qui pourraient être exigées pour les cahiers des charges des futurs opérateurs commencent à être connues. Cela devrait sans doute rassurer les candidats qui manquaient jusque-là de visibilité. Ce qu’il faut observer aujourd’hui, c’est surtout le fort engouement que manifeste le privé pour un secteur longtemps protégé pour des résultats médiocres. Que l’on en juge. Avant même la publication du texte, près d’une centaine de dossiers sont déjà déposés auprès de la HACA. Le patronat a bien raison de réclamer une vision 2020 comme pour le tourisme. Le secteur de l’audiovisuel a besoin d’une véritable prise en main, d’une approche industrielle qui en ferait une économie à part entière. Bien appréhendé, il deviendrait un extraordinaire outil pour l’investissement. Et avec des moyens, il aiderait aussi au rayonnement du produit Maroc. Lorsqu’on parle d’audiovisuel, ce qu’on voit souvent, c’est le côté show-biz. Mais ce que l’on voit moins, ce sont les convergences potentielles avec les télécoms, les technologies de l’information et tous les investissements qui viennent derrière. Et ce n’est qu’au prix de ces investissements qu’on pourra prétendre à ces champions que le Maroc doit multiplier pour mieux affronter la concurrence mondiale. Maintenant, le problème c’est le développement du contenu. La production audiovisuelle locale est particulièrement faible. Si l’on n’y remédie pas, la réforme aura quelque part échoué. Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc