×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Redressement?

Par Nadia SALAH| Edition N°:5561 Le 22/07/2019 | Partager
nadia_salah.jpg

Il faut saluer le ministre de l’Economieet des Finances, Mohamed Benchaâboun, et son directeur del’administration fiscale, Omar Faraj, sans oublier leur secrétaire général, Zouhair Chorfi (celui qui a dit leur fait aux groupes de pression médicaux exigeant d’échapper aux impôts).

Avec leurs équipes, ils changent lemodus vivendi de leur département. Cen’est pas fini, loin s’en faut. Le ministèrelui-même résiste. En effet, et contrairement à ce que l’on croit, les fonctionnaires ont des sortes de gêne qui les épouvantent dès qu’il faut sortir l’argent.

Alors ontraîne, on conteste… On argue de laplus grosse pénurie de virgules jamaisconnue dans l’Univers, empêchant donctout traitement de dossier. Attention, cela n’a rien à voir avecles vertus d’économie. Gaspillé ou parfaitement dû, l’argent a le même traitement: on faittout ce qu’il faut, et encore bien davantage, pour qu’il reste dans les caisses. Et ce avec le sentiment gratifiant du devoiraccompli.

Et les créances des entreprises sur l’Etat s’accumulent, s’accumulent, s’accumulent…Toute une volée d’entreprises étrangères porte plainte devant le CIRDI, la cour d’arbitrage de la Banquemondiale. Les investissements locauxsont sanctionnés de 20% du fait de la TVA confisquée… Le ministère des Finances craignait de dévoiler la réalité de sa situation. Donc le pays tombe enpanne.

On connaît malheureusementtous les chiffres de faillites des PME ou les douloureux redressements des grosses sociétés. Benchaâboun le sait d’autant mieuxque, banquier, il était de l’autre côté dela barrière, en devoir de se substitueraux défaillances des finances publiques;a ccablé, comme les autres banquiers, d’avoir à saisir les bons clients.

Les masses en jeu sont colossales. Lecercle maléfique est ébréché. Est-ilbrisé? Il faut tout faire pour. Aucun entrepreneurne mérite la faillite, aucune famille ne mérite de s’appauvrir par la faute de gouvernants incompétents, fussent-ils élus.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc