×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Récupération

Par L'Economiste| Edition N°:1692 Le 27/01/2004 | Partager

Une dérive dangereuse, dont les effets sont encore inconnus, est en train de naître à l'issue de deux décès survenus dans des cliniques privées à Casablanca. Des concitoyens sont embarqués dans des combats douteux, qui font d'eux des machines de contestation collective, dont le pire est de prétendre agir au nom de tous les malades. Il s'agit là d'une perversion du débat, car cela revient à considérer que la médecine libérale est condamnée à mal fonctionner ou à laisser mourir les malades. Bien sûr, toute discipline a aussi ses brebis galeuses. Et la médecine n'y échappe pas. La profession est consciente de la nécessité de procéder à une autorégulation pour mettre fin à une mercantilisation de la pratique, qui fait que des blouses blanches sont plus préoccupées par leur tiroir-caisse que par la qualité des soins qu'elles prodiguent, ou encore ont tendance à infantiliser les malades, au nom d'un certain droit sur la vie. Que l'on s'interroge sur les conditions de décès de ces patients, soit, mais alors il y a des procédures pour le faire. Que l'on compatisse avec leurs familles, leurs amis, évidemment. Mais de là à descendre dans la rue, profitant de l'émotion des uns et des autres, pour manifester son indignation devant des établissements de soins, cela peut légitimement être interprété comme de la récupération politique. Le pire qui puisse arriver à l'institution médicale c'est de perdre le respect qui lui revient de droit. Sur X décès survenus dans des cliniques ou des hôpitaux, combien de vies humaines ont été sauvées, combien de patients ont été soulagés?! Non, la santé au Maroc a d'autres soucis sans que l'on y rajoute une affaire de chasse aux sorcières qui risque de virer à la psychose.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc