×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Rapine?

Par L'Economiste| Edition N°:2409 Le 27/11/2006 | Partager

LE gouvernement, dans son projet de loi de Finances pour 2007, projette de réduire de manière très significative l’exonération de la TVA sur les investissements. Compte tenu de la nature de la TVA, la suppression de l’exonération veut dire que le coût de l’investissement est alourdi de 20%, lesquels ne sont récupérables que petit à petit, ou alors remboursables, quand cette TVA se heurte au butoir des différences de taux.Un cinquième en plus à payer tout de suite! Ce n’est pas une bagatelle pour une entreprise qui investit. Impossible de ne pas penser qu’il s’agit d’une sorte de «pénalité». En tout cas, tous les entrepreneurs, marocains ou étrangers, vont le penser et le dire. Certains ne seront pas tendres quand ils commenteront l’ambiance de l’investissement! Nul besoin d’être devin pour imaginer la férocité des commentaires, qui vont pimenter les prochaines Intégrales de l’investissement (6 et 7 décembre à Skhirat). Pas besoin d’être devin non plus pour imaginer les commentaires, quand les entrepreneurs vont découvrir cette mesure, en janvier prochain!... si les élus n’abolissent pas cette disposition.Pour l’Etat, la suppression de cet avantage n’est évidemment pas stratégique: faible montant qui n’est que de la trésorerie! En revanche, il a à perdre avec une maladresse politique. Il faut être logique: il ne peut pas en même temps chanter la relance et la pénalisation de cette même relance! En effet, pour une entreprise, investir n’est jamais facile. Au contraire! Non seulement cela coûte cher, mais c’est aller au-devant d’embêtements de toutes sortes. Quel responsable, du PDG au comptable, du DRH au Dir-Com, ne s’est pas dit cent fois: «Mais, qu’est-ce qui nous a pris d’investir, nous étions si tranquilles avant?». Transports, crédit, timing, formation… l’investissement n’est jamais une partie de plaisir! Alors, avouons que cette mesure fait un peu «Etat-rapine»!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc