×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Ramed

Par L'Economiste| Edition N°:3989 Le 15/03/2013 | Partager

On peut gloser sur les délais qu’un tel chantier a pris. Le Ramed qui fête son premier anniversaire reste néanmoins un projet de portée historique pour le Maroc. Puisqu’il offre un  filet social à une population privée pendant des années de couverture médicale, il contribue un peu plus à renforcer l’égalité aux soins.
Bien évidemment, l’on ne peut se contenter de savourer les images seulement... Les incertitudes autour de la taille de la population vulnérable, c’est-à-dire celle qui est relativement solvable,  viennent bousculer les scénarios de départ. Cette catégorie devait être appelée en renfort pour pouvoir supporter la facture du Ramed. Finalement elle a répondu moins massivement. C’est une lacune de taille qui laisse présager des jours difficiles ainsi qu’un transfert supplémentaire des dépenses vers l’Etat. Comme pour l’ensemble des systèmes d’assurance, l’erreur serait de laisser subsister des inconnues dans une équation compliquée comme celle du financement.
Si l’on veut rendre la réforme moins risquée, le diable est dans le détail. Il est dans la gouvernance, la simplification des procédures, pour éviter les risques de bureaucratie, et dans des efforts budgétaires sans précédent. Il est aussi dans la lutte contre les gaspillages scandaleux. Par exemple, il est aberrant de découvrir une pénurie de médicaments dans les hôpitaux alors que la pharmacie centrale de Berrechid gère 1 milliard de DH de stock, dont une partie passe en périmés faute de logistique pour l’acheminer.  Ce n’est plus permis. Autrement on prend le risque de compromettre la viabilité politique du projet, avant même qu’il n’ait atteint sa vitesse de croisière.
Chaque dirham, chaque centime, doit être évalué. A moins de penser, naïvement, que  la santé n’a pas de prix et qu’elle n’a pas de coût non plus!

Mohamed Benabid

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc