×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    Rabotage

    Par L'Economiste| Edition N°:2767 Le 30/04/2008 | Partager

    Rigueur? Non, austérité. Le sujet qui va occuper les Marocains pour les jours qui viennent suscite déjà des fantasmes. Voilà une bien étrange cure concoctée dans le secret et censée dégager des marges de manœuvre supplémentaires pour financer le dialogue social. L’on se prend presque à rêver: le gouvernement s’est enfin décidé à réduire ses dépenses publiques. En adoptant cette attitude, il veut se prémunir contre les mauvais coups qui s’annoncent, certains étant déjà annoncés comme pour les 15 milliards de DH de facture du dialogue social.Un projet bien intentionné certes. Sauf que l’opinion a tout à fait le droit de savoir si ces engagements vont loin. Ce qui est moins sûr. En dépit des assurances officielles, tout porte à croire que le projet manque d’ambition, voire de consistance. D’abord, le gouvernement ne semble s’engager qu’à hauteur de «2 à 3 milliards de DH» d’économies, qu’il va «essayer» (ndlr: l’on appréciera la nuance) à travers des mesures à l’impact un peu diffus pour l’heure. Ensuite, et surtout, l’objectif bien modeste à l’aune des dépenses publiques de plus de 175 milliards de DH dont 100 milliards sont le fait de l’administration entre masse salariale (70 milliards de DH) et fonctionnement (30 milliards). Le terme austérité est du coup déplacé pour parler d’une véritable stratégie de rationalisation. Eu égard aux turbulences de la conjoncture internationale, cet effort paraît même bien ridicule. L’opinion publique ne se fait pas d’illusion: raison et politique font rarement bon ménage. Celle-ci a bien constaté comment elle a été grugée sur les gains supposés de l’opération DVD. Alors cette fois-ci, engagements réels ou bis repetita?Si le gouvernement doit accepter de faire des économies, il doit le faire partout et voir où il est possible de réduire les dépenses (inutiles).Autrement, ces cures de minceur se résumeront à du… rabotage.Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc