×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

"Sexotouristes"

Par L'Economiste| Edition N°:2238 Le 21/03/2006 | Partager

Franchement, le pays n’avait absolument pas besoin de cette publicité. Dimanche soir, la chaîne française M6 a diffusé un reportage sur la prostitution et la pédophilie à Marrakech et Agadir. Près d’une heure de découverte d’images et de commentaires horribles, de «transactions» d’enfants âgés d’à peine 8 ans. Des caméras cachées qui nous révèlent, ou plutôt révèlent au monde de quoi se nourrit aussi le tourisme, à coup d’argent jeté à la figure. Pour assouvir l’appétit de pervers. Le Tsunami continue à faire des victimes… chez nous. Il a déplacé à Marrakech et renforcé cet ignoble commerce qui sévissait en Thaïlande.Vraiment, le Maroc ne mérite pas cela. Si c’est à ce prix-là que l’on doit renforcer le tourisme, eh bien, on n’en veut pas! Cette réalité est indigne d’un pays signataire de conventions internationales pour la protection de l’enfance. Une enfance qui, sous le prétexte de la pauvreté, est envoyée «au front» pour quelques euros de plus. Toutes les brigades policières, aussi efficaces soient-elles, ne peuvent à elles seules venir à bout de ce fléau. Elles doivent être soutenues par un arsenal répressif impitoyable, comme c’est le cas dans de nombreux pays occidentaux. Tout récemment, un pédophile français a écopé d’à peine deux ans au Maroc, alors qu’il en aurait pris pour 10 fois plus chez lui. Et il ne pourra pas être jugé deux fois. Une sanction pas assez lourde pour lui éviter de récidiver.Il faut que tout le monde se mobilise pour protéger ces enfants de ces «sexotouristes», punir les réseaux qui en font leur business et même les parents qui font semblant de ne rien voir. Une femme s’est insurgée, à travers l’association «Touche pas à mon enfant». N’attendons pas de devenir parents de victimes pour agir. La situation est aujourd’hui extrêmement préoccupante et la lutte contre ce fléau nécessite d’urgence une politique déterminée. Et des châtiments exemplaires.Meriem OUDGHIRI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc