×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

"Habemus papam"

Par L'Economiste| Edition N°:2005 Le 22/04/2005 | Partager

Habemus papam (nous avons un pape: formule rituelle pour annoncer l’élection du chef de l’Eglise catholique). L’élection d’un nouveau pape a toujours été un moment politique fort au sein de la chrétienté. Ce fut le cas lorsque la papauté disposait d’un Etat, et cela a continué lorsque la dimension territoriale a disparu. Ce moment politique s’est renforcé considérablement avec l’avènement de la société de communication.L’élection du pape Jean-Paul II avait été le point de départ des manoeuvres ayant contribué à la chute du communisme en Europe de l’Est.Jean-Paul II avait réussi à positionner la papauté dans les grands débats idéologiques agitant la planète. La tâche du nouveau pape sera donc lourde: il est un acteur principal à l’échelle internationale et en plus, il a la pérennité institutionnelle pour lui.Le monde est secoué par des débats idéologiques et de société. Certains considèrent que nous allons vers un conflit de civilisations, d’autres, au contraire, pensent que nous évoluons vers une civilisation unique. Dans tous les cas de figure, la religiosité connaît un incontestable regain. Sous une forme ou une autre, les peuples modernes effectuent un retour vers plus de pratiques religieuses, vers plus de foi.La tâche de Benoît XVI ne va pas être facile. Il s’agit d’accompagner et d’orienter cette évolution, pas seulement pour les catholiques ou chrétiens, mais au niveau de la planète. Il est désormais perçu comme une référence primordiale sur le plan religieux, cette dernière étant entendu en tant que concept, c’est-à-dire indépendamment de la pratique chrétienne, judaïque ou musulmane. Ce que l’Histoire attend du nouveau pape, c’est qu’il soit porteur d’une foi religieuse qui se dépasse, qui aille bien au-delà de la chrétienté et contribue à établir une perception de la religion et de notre place dans l’univers, une conception valable pour tous.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc