×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Questions

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5910 Le 22/12/2020 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

La révision du contenu d’une partie des manuels scolaires a une portée doublement révolutionnaire. D’abord elle vise à éveiller la conscience historique dès le plus jeune âge dans un exercice qui consiste à réécrire, sans dénaturer, son passé et de négocier son avenir de manière assumée. Une belle vitrine aussi sur le chemin de réappropriation des vraies valeurs de la citoyenneté marocaine.

Ensuite, elle intervient dans un contexte politique et intellectuel, celui des islamistes au pouvoir, que l’on aurait pensé peu propice à pareils changements. Visiblement, le PJD a fini par jouer le jeu... Croisons les doigts!

L’urgence est là en tout cas. Les besoins de pédagogie et pas seulement sur les mémoires juives et berbères, ou sur la sexualité, s’expriment de façon récurrente. De nombreux sujets n’ont pas toujours eu droit de cité, ou alors sont présents en format édulcoré, dans l’histoire officielle et le contenu des savoirs scolaires, souvent façonné au gré des époques, y a sans doute grandement contribué.

La reprise en main, pour expurger ces contenus de leurs passages déviants, ou au contraire les enrichir de feuilletons manquants, se justifie aussi au regard des nombreuses controverses, fourmillant d’anomalies. Et où se nichent les risques d’intolérance, de repli identitaire ou d’antisémitisme.

Chemin faisant, l’on pourra presque se retrouver à regretter le déficit d’audace sur le thème de l’éducation sexuelle: il faudra pour l’heure se contenter d’une variante médicale qui servira d’habillage pudique, en attendant que le débat sur la sexualité ne soit plus ancré dans le registre des exceptions.

Ne l’oublions pas, c’est à l’école où tout commence, le meilleur comme le pire. Il importe dès lors de faire en sorte que les messages sur ces questions, toutes les questions, ne soient à aucun moment brouillés.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc