×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Puissance

Par L'Economiste| Edition N°:2052 Le 28/06/2005 | Partager

Le Maroc adopte enfin une stratégie plus ferme à l’égard de l’Algérie.Coup sur coup, il vient de prendre deux initiatives qui placent le différend, à propos du Sahara, dans son contexte réel.Désormais, les militaires marocains prisonniers à Tindouf sont considérés comme des prisonniers en Algérie. L’Etat algérien est donc responsable de leur maintien en détention. Pour cela, des ressortissants marocains ont organisé une manifestation devant l’ambassade d’Algérie à Bruxelles. Une manifestation qui a fait mouche.Ensuite, le ministère des Affaires étrangères marocain n’a pas hésité à déclarer que la visite du Premier ministre algérien est inopportune dans le contexte actuel. En effet, il faut clarifier les choses. Malgré toutes les initiatives de bonne volonté et d’ouverture du Maroc, l’Algérie continue d’adopter une attitude agressive et offensive, qu’elle a même accentué ces derniers temps.Il faut que le Maroc cesse de tendre l’autre joue lorsqu’il est pris à partie. Il faut avoir en tête que l’Algérie ne comprend que les rapports de force. Certes, Alger est considérablement plus riche grâce aux pétrodollars, en conséquence, il a les moyens de s’équiper militairement, au-delà de ses besoins de sécurité. C’est impressionnant... mais pas forcément efficace!Le Maroc n’est donc pas démuni face à cette agressivité. Il est l’Etat le plus démocratique de la région. Dans la conjoncture internationale actuelle, c’est un élément de force qui peut être déterminant dans le jeu mondial où chacun aligne ses éléments de puissance. En effet, le Maroc a la société civile la plus dynamique et il peut en la mobilisant et en laissant agir (ce qu’il est en train de faire) mettre l’Algérie en sérieuse difficulté sur le plan des relations internationales. Il faut que le pouvoir algérien se sente cerné par des forces contre lesquelles la puissance militaire ne peut rien.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc