×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Priorité et gouvernance

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5870 Le 22/10/2020 | Partager
    salah_nadia.jpg

    Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration  a indiqué que trois objectifs étaient visés par le projet de loi de finances. Soit dans l’ordre croissant d’urgence: la réforme du secteur public, l’accélération de la relance et le rétablissement de la confiance.

    Sur ce dernier point, il n’est pas le premier, ce ne sera pas le dernier des ministres à le souhaiter. C’est une donnée mondialisée. C’est aussi un vieux malaise marocain, lequel ne s’efface que lorsque le Souverain mène les opérations en personne. C’est l’avantage et le défaut des vieux royaumes.

    Le reste du temps, la zone de basculement entre confiance et méfiance est très mince.

    Ceci dit, il reste deux objectifs, seulement deux.

    On se félicitera d’avoir un ministre qui choisit quand nombre de ses collègues d’hier ou d’aujourd’hui collaient des étiquettes de priorités sur tout et n’importe quoi.

    Ce travail décisionnel est essentiel. En effet, la gouvernance publique souffre énormément de l’absence de décision. Souvent les observateurs, les partis ou les médias poussent à la faute de gouvernance qu’est la multiplication des «priorités». Chacun se veut et se croit servi pour ce qui l’intéresse.
    Dans la réalité, d’autres logiques de décisions prennent le dessus.

    Un cas public est la négligence, par deux ministres PJDistes successifs, des besoins en eau. Pour des questions internes à leur parti, le chef de gouvernement les a tous les deux maintenus en poste. Il y a de moins en moins d’eau.

    Malheureusement, ce n’est pas une spécialité de ce parti. D’autres ont fait pire en confondant, par exemple, l’intérêt public et les intérêts de toute nature au sein de leur formation politique ou de leur système de clientèle.

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc