×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Présence

Par L'Economiste| Edition N°:1774 Le 24/05/2004 | Partager

SM le Roi a bien fait de se rendre au sommet de la Ligue arabe. Il était évident qu’il ne fallait rien attendre de ce sommet mais c’est précisément pour cela qu’il ne faut surtout pas laisser la chaise vide. En effet, cela n’aurait fait qu’ajouter un problème supplémentaire, celui de l’absence et de l’invisibilité marocaines, au lourd problème de l’incapacité arabe à faire face à ses propres problèmes. C’est dans les moments les plus difficiles qu’il faut le plus s’investir, qu’il faut multiplier les interventions et ainsi prouver qu’à défaut de solutions globales, il y a des solutions locales. La voie marocaine de développement n’a certes pas permis de tenir les rythmes de développement qu’ont connus l’Amérique latine et surtout l’Asie depuis 30 ans, mais il faut reconnaître que la voie marocaine a été parmi les plus efficaces que l’on ait vues sur le monde arabe. Et cela s’est produit, sans beaucoup de moyens financiers, sur trois plans: le plan économique, le plan social et le plan politique. Ce dernier plan est particulièrement important, puisque c’est là que se joue, en ce moment, l’immense et brutale compétition civilisationnelle, entre l’Occident et l’extrémisme islamique. Terrible et sanglante, cette compétition cherche à écraser toute voie alternative.C’est une bataille de chaque instant en face de laquelle il est de la plus haute importance que les leaders arabes restés crédibles auprès de leurs peuples respectifs, montrent à la fois leur présence et leur capacité à être des leaders. Aujourd’hui, à cause de cette guerre de civilisation, la responsabilité des dirigeants est en premier lieu une capacité à être vus, à être entendus ne serait-ce que pour résister à la tentation de l’attente passive de l’issue de la guerre. Ce n’est pas la Ligue qui trouvera les solutions, mais c’est à la Ligue et partout ailleurs à chaque occasion, que le Maroc montrera qu’il sait changer tout en restant marocain.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc