×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Prédateur

Par L'Economiste| Edition N°:1014 Le 10/05/2001 | Partager

Qui veut la peau du cuir? Depuis quelques mois, le marché local a été complètement vidé de ses peaux. La vache folle, la fièvre aphteuse et autres crises sanitaires européennes ont provoqué l'explosion des expéditions. Des exportateurs ont saisi l'aubaine en raflant la production nationale. Pour mettre un hola à ces pratiques qualifiées d'abusives, le Ministère du Commerce et de l'Industrie est intervenu. Désormais, depuis le 4 mai, les exportations sont soumises à autorisation.Il était possible d'éviter une telle situation grâce à la mise en place de contrôles stricts. Mais il n'en existe pas. Comme pour beaucoup de secteurs, il aura fallu que la crise éclate et cause des dégâts, souvent irrémédiables, pour prendre des mesures d'urgence. Faute de garde-fous, la dérive enraye la machine économique.A partir de juillet 2001, les règles du jeu seront différentes. Avec la loi sur la concurrence et la liberté des prix, beaucoup de mauvaises habitudes devront être jetées aux orties. La liberté deviendra la règle générale et l'encadrement administratif l'exception. En Europe ou aux Etats- Unis, face à des groupes de plus en plus grands qui acquièrent des monopoles mondiaux ou créent des distorsions et des discriminations, les Etats et les pouvoirs politiques usent de leur légitimité pour préserver les règles du marché.Se battre dans un environnement ne signifie pas adopter un comportement de prédateur ou de mercenaire. Même si la concurrence est de plus en plus rude, elle n'exclut pas pour autant éthique et morale.Il reste deux mois pour faire table rase du passé. Pas besoin d'être apprenti sorcier pour deviner les futures résistances.Meriem OUDGHIRI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc