×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    Pratique

    Par L'Economiste| Edition N°:2747 Le 02/04/2008 | Partager

    Voilà un secteur ou un métier très en vogue: cabinets d’études. Mais attention, pas n’importe quelles études. Surtout celles commandées par l’Administration pour préparer des plans d’action ou réorganiser certains départements. Des marchés juteux vu les montants en jeu.Cette pratique s’est de plus en plus étendue, particulièrement depuis les échecs répétés de nombreuses politiques. En effet, rien de bien sérieux (pour ne pas dire rien du tout) n’a été entrepris dans l’agriculture, l’enseignement, l’énergie ou encore la formation professionnelle par le gouvernement sortant. C’est donc pour pallier ces défaillances qu’il est fait appel aux cabinets de consulting internationaux pour élaborer des stratégies pour des secteurs-clés de l’économie marocaine. Même le Fonds Hassan II, habitué jusque-là à financer une partie des infrastructures, a décidé de prendre en charge ces études. C’est une première. En tout cas, les ministères sont persuadés d’une chose: les résultats d’une étude passent souvent inaperçus lorsque des experts marocains les réalisent. Ils font l’évènement quand la signature est internationale. En réalité, ils préfèrent les cabinets étrangers pour leur recul, leurs compétences et le benchmark. Et leur capacité de réaliser un travail dans un délai très court. Autre avantage, ils ont le savoir-faire pour mobiliser toutes les potentialités et proposer des solutions audacieuses, loin de toutes pressions. Une sorte de package avec même un plan d’action, un échéancier et un mode d’emploi. Mais est-ce suffisant pour redresser une situation? Car, pour mettre en pratique les conclusions d’un rapport, il faut beaucoup de souffle et de la méthode. Et c’est là justement qu’on reconnaît les talents des grands managers.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc