×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Politique sociale

Par Nadia SALAH| Edition N°:4897 Le 14/11/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

Abdelilah Benkirane et sa future équipe ont une obligation encore plus grande que la loi de finances et son calendrier exigeant: l’urgence du progrès social. Le drame d’Al Hoceïma a été classé comme un drame de la misère. Il y a eu un drame humain irréparable, oui! Là-dessus tout le monde est d’accord.
Si on ne veut pas que cela se reproduise, il faut entrer dans le fond de ce drame.
Il est clair que cette demi-tonne de poisson rare et interdit sort l’affaire de la catégorie «drame de la misère». Vu les prix c’est de l’économie informelle, d’une taille financière sérieuse. Et pour dire les choses comme elles sont: c’est de l’économie illicite avec un possible risque sanitaire.  Pourtant, comme c’est son droit, l’opinion publique s’est indignée.  L’indignation est développée sur plusieurs thèmes: l’horreur de cette mort, bien sûr et aussi les protestations contre le deux poids deux mesures et les protestations contre le contrôle quand il existe.
Quand de tels phénomènes de contractions dans la contradiction apparaissent, le trouble est très profond parce que le corps social est en conflit  avec lui-même. Ici, on a ceux qui veulent maintenir leur activité hors de contrôles et de fisc, ceux qui hésitent, ceux qui sont contre, plus ceux qui veulent tirer un bénéfice politique de l’affaire. Le point de réconciliation spontané, c’est d’entrer en conflit collectif avec l’insaisissable et lointain Etat, qui lui est en charge de l’intérêt général.
Le Maroc n’aurait jamais dû en arriver à se faire le prisonnier de telles contradictions. On a laissé des zones économiques et humaines en dehors des règles communes. Ces zones ont grandi et par là acquis une force politique qu’elles découvrent aujourd’hui. Or, il est important pour tous que le progrès apporté par les règles les concerne aussi.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc