×
Visa
Visa Par Radia LAHLOU
Le 08/08/2022

Un jour, pas si lointain qu’on ne le pense, lorsqu’on ouvrira les robinets, il n’y aura pas d’eau. Et on se souviendra, si on est encore là, avec nostalgie, des bains chauds que l’... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Programme « 1000 Fikra » par Afriquia: Quand l’accompagnement entrepreneurial devient réalité

Brand Content | Le 11/12/2021 - 12:51 | Partager
Image Une : 

Lauréats du programme « 1000 Fikra » porté par Afriquia, Mohamed Amine Berroug et Ihssane Echouai lancent avec succès leur startup Aggrom. Entretien exclusif avec les co-fondateurs

- L’Economiste : Quels sont vos parcours et comment est né votre projet Aggrom?

Mohamed Amine Berroug : Ihssane Echouai, mon associée et moi-même sommes des purs produits de l’école des mines de Rabat ENSMR, promotion 2021. Spécialisés en électromécanique et en management des systèmes d’information. Pendant nos études, l’idée a germé de développer des technologies avancées pour permettre aux agriculteurs d’optimiser, planifier et contrôler leurs rendements. Il nous semblait évident de mettre les objets connectés et l’IA au service de l’agriculture. Pour deux raisons. Parce qu’il s’agit de l’un des plus gros secteurs d’activité du Royaume. Et aussi parce que nos racines familiales viennent de l’agriculture. 

- Parlez-nous de votre expérience « 1000 Fikra »

Si je dois résumer, il s’agit d’un programme inédit qui permet à une idée de devenir une solution concrète pour les problématiques des clients. Pour Aggrom, cela nous a permis d’ancrer notre activité dans la réalité, de monter des partenariats avec les écoles d’agriculture pour développer des solutions adéquates, répondant aux enjeux du secteur. Une fois sélectionnés, nous sommes rentrés très vite dans le vif du sujet. Cela fait partie de la philosophie du programme : trouver des solutions et aborder le marché. De formation ingénieur et technique, ni Ihssane ni moi n’avions une expertise suffisante du monde économique dans lequel nous devions nous lancer. Au cours du premier bootcamp de neuf jours, organisé par Rebel Business School, nous avons assisté à des cours intensifs sur les éléments clefs pour réussir notre activité : les bases fondamentales et concrètes pour de futurs entrepreneurs. Marketing digital, législation, comptabilité, règles import & export, certifications ISO. Une formation en concentré avec des intervenants pointus, spécialistes chacun dans son domaine. Au terme de trois bootcamps et de sessions de travail en groupe dirigés par des coachs, eux-mêmes entrepreneurs, nous avons été capables d’analyser les problématiques de nos clients et proposer des solutions et prototypes adaptés aux besoins et aux réalités de l’économie marocaine. C’est un booster d’énergie, ancré dans le cœur du marché.

- Quel est l’impact de ce programme sur votre entreprise Aggrom?

Il existe une énorme différence entre les connaissances académiques et les réalités économiques. Aggrom avait une existence conceptuelle avant de participer au programme. « 1000 Fikra » nous permet de changer la façon dont nous percevons notre approche. Etre le plus pertinent possible et répondre à un besoin précis. C’est ainsi que le premier contrat Aggrom s’est signé au cours du programme avec l’un des entrepreneurs qui suivait aussi la formation. Depuis, nous avons concrétisé plusieurs contrats solides. Pour un entrepreneur, « 1000 Fikra » permet de dépasser le concept pour le rendre vendeur. Maintenant que nous faisons partie du programme, nous sommes devenus des entrepreneurs appartenant à une communauté. De mentorés, nous devenons mentors.

Propos recueillis par Geneviève du Parc Locmaria


1000_fikra1.jpg

Dans« 1000 Fikra » : un programme au service du développement entrepreneurial

Encourager les porteurs de projets. Soutenir et transformer les idées en réalité. Accompagner le développement de nouvelles entreprises marocaines. Afriquia mène depuis fin 2019 une initiative pionnière et engagée : 1000 Fikra. L’idée ? Permettre à tout Marocain porteur d’un concept viable, sans condition de diplôme ou d’expérience, de postuler pour mener à terme sa création d’entreprise. Avec 14.000 dossiers reçus, ce premier appel à candidatures connaît un franc succès. La Fondation « Maak » créée par Afriquia, lance alors le pilotage et le suivi du programme « 1000 Fikra ». C’est au terme d’études méticuleuses et entretiens à l’appui dans les 12 régions du Royaume que 516 projets sont retenus. L’étape accompagnement débute alors. Comment ? Avec des formations soft-skills sur mesure, en présentiel puis sous format digital, adaptées au contexte pandémique et prodiguées par l’organisme anglais de formation Rebel Business School. Suivies d’une période d’incubation de quatre mois avec coaching individuel ou collectif, masterclass au cours de bootcamps réguliers. Au total plus de 1.600 séances organisées : un dispositif de mentorat efficace et percutant, permettant aux futurs entrepreneurs d’obtenir des réponses concrètes aux challenges rencontrés.

Quels types de secteur ? Commerce, électronique, agriculture, agroalimentaire, textile et habillement, éducation, services, artisanat, communication, secteurs du multimédia. Aujourd’hui, grâce à « 1000 Fikra », ce sont 389 nouvelles entreprises marocaines, actuellement opérationnelles sur le marché national. Un bilan plus que positif, répondant à la vision et à la politique RSE du groupe marocain spécialisé en hydrocarbures. Un résultat qui pose la première pierre d’un nouvel appel à candidature lancé le 1er décembre 2021. A vos idées ! www.1000fikra.ma