×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    Patrons

    Par L'Economiste| Edition N°:1685 Le 16/01/2004 | Partager

    Lorsqu'il s'agit de sonder des patrons sur la conjoncture, les résultats ne doivent jamais être pris à la légère. Même si l'on peut disserter sur l'étendue de l'échantillon ciblé, même si l'on peut ne pas être d'accord sur la démarche retenue, il y a toujours une morale quelque part. Car si on n'a pas compris la situation, éventuellement catastrophique, d'au moins un entrepreneur, c'est que l'on n'a rien compris du tout. Ceux qui connaissent la théorie de l'effet papillon savent très bien ce que peut provoquer un battement d'ailes quelque part.Une entreprise, aussi petite soit-elle, doit être située dans son contexte. De sa santé dépend peut-être la survie d'un réseau ou d'un ensemble de réseaux. Ce que veulent les entreprises avant tout, c'est d'être écoutées par les pouvoirs publics. Les entrepreneurs ne jouent pas les cassandres pour le plaisir de le faire. Lorsqu'ils essayent de distiller des messages, il faut les ausculter, car ils sont au cœur de la réalité économique et sociale. Non pas cette réalité que des technocrates essayent de modéliser sous forme d'études, accompagnées parfois de théories absconses (dont nous avons néanmoins besoin). Mais plutôt la réalité du terrain: celle qui jette des employés à la rue, favorise le développement d'entreprises, ou les conduit à la banqueroute. Maintenant sur les interprétations que nous pouvons faire des attentes d'une partie des patrons marocains, il y a, bien entendu, l'appréciation, globalement positive, portée indirectement sur Jettou et sa politique. Un blanc-seing, qui n'est pas tout à fait une surprise, mais que le Premier ministre doit confirmer. Pour 2004, les entrepreneurs souhaitent que les choses promises soient concrétisées. Espérons qu'ils ont été compris.Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc