×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Patrimoine

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5161 Le 05/12/2017 | Partager
mohamed_benabid.jpg

La décentralisation est parfois un mot abstrait. Plusieurs services publics sont déjà décentralisés dans les faits, mais les citoyens n’en ressentent pas la portée dans leur vécu au quotidien. Les questions de préservation du patrimoine sont éloquentes à cet égard.

En dépit de promesses réitérées de vigilance, la gestion locale a visiblement du mal à tenir tête aux puissants lobbies. Du coup, la protection des bâtiments se perd entre tergiversations, complicités et procédures judiciaires interminables. Les démolitions qui scandalisent ONG, architectes et habitants se multiplient sans que ce massacre ne suscite de sursaut.

Pour une majorité d’élus, ces vieux murs ne sont qu’une manière d’empêcher de bétonner et surtout de tirer profit de la manne de la spéculation immobilière. Dans l’empilement de pouvoirs et chaos urbain caractéristiques de Casablanca par exemple, les occasions ne manquent pas. La métropole économique a déjà décroché le record d’unique cité au monde à abriter un bâtiment «ni-ni» (ni en réfection ni en habitation), l’hôtel Lincoln en l’occurrence.

Ces «petites choses» qui forgent les mémoires des nations ne suffisent pas à interpeller la gouvernance locale. Une situation qui ne contribue ni à améliorer le capital image de la gestion urbaine dans les villes, sérieusement mis à mal avec le scandale de la spoliation immobilière et foncière, ni à redorer le blason des partis aux commandes. A commencer par le maire PJD qui n’arrive pas à imprimer sa marque ou contrôler ce qui risque d’être compté à son bilan.

Sur les raisons de politiques qui continuent de se solder par des échecs, il y a lieu de se demander si elles ne résident pas dans des dysfonctionnements beaucoup plus profonds. Dans l’absence de prédispositions cognitives tout court.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc