×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Passe-droits fiscaux

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5869 Le 21/10/2020 | Partager
    salah_nadia.jpg
     

    In-co-rri-gi-bles! Les choix fiscaux sont incorrigibles. Nous voilà repartis avec des dizaines de milliards de cadeaux fiscaux, pudiquement nommés «dépenses» fiscales.

    Des ministères, et forcément des ministres, des élus appartenant à toutes sortes de partis, des associations professionnelles… ont encore une fois réussi leur coup: obtenir ces grosses, très grosses gâteries fiscales pour leurs clientèles. La Cour des comptes s’en est inquiétée pas plus tard que le mois dernier, dans son rapport sur l’exécution du budget 2019.

    Le ministère des Finances en est réduit à inventer des impôts de «solidarité» dans l’espoir de gratter sur le tissu productif quelques centaines de millions. Ou à faire du lease-back (cession-bail) avec des biens publics. Il n’est pas interdit de demander pourquoi c’est toujours les mêmes qui payent. Quand en auront-ils assez de financer les faveurs offertes, depuis plus de dix ans, aux promoteurs immobiliers, exportateurs… pour ne citer que les plus gâtés.

    Il n’est pas interdit non plus de se demander si ce système n’aurait pas infiltré des partis politiques au Parlement et ne serait pas gravement surreprésenté dans le gouvernement même. Il fut un temps où les subventions sur les produits de première nécessité retenaient toutes les attentions politiques (et sécuritaires).

    Aujourd’hui il n’en reste pas grandchose, pas de quoi faire hurler les orthodoxes des finances publiques. Etrangement, ces mêmes orthodoxes sont muets devant les passe-droits fiscaux. Ils sont pourtant vingt fois plus élevés. C’est beaucoup, beaucoup d’argent (voir L’Economiste du 20 octobre 2020).

    Et, enfin, on peut se demander pourquoi l’utilité de tout cet argent n’est jamais évaluée, pas plus hier qu’aujourd’hui.

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc