×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Pas de miracle

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5873 Le 27/10/2020 | Partager
    salah_nadia.jpg

    La bagarre est publique entre les ministres Khalid Aït Taleb et Moulay Hafid Elalamy. Le premier vient de dire qu’il n’y a pas de lit de réanimation ou de respirateur made in Morocco: «Quels respirateurs, quels lits?» a-t-il jeté à un confrère, sans démentir ou faire démentir ses propos.

    Cet été, on a vu la fierté, bien naturelle, du ministre du Commerce, de l’Industrie, de l’Economie verte et du Numérique, montrant des prototypes de lit et de respirateur. Le ministre avait même publié le numéro d’homologation étrangère concernant le lit.

    On peut donc légitimement se demander pourquoi cela prend autant de temps de passer d’une homologation internationale à une autorisation locale. Aït Taleb a tenté de mobiliser les peurs, mais n’a rien dit du processus local d’autorisation.

    Encore une fois, il a manqué à sa fonction tout en marquant son mépris pour ses collègues.  On a en mémoire le pataquès des masques, où son département a fait des pieds et des mains pour empêcher la fabrication puis la distribution locale. Devant ce comportement, des observateurs se sont dits persuadés qu’il y avait d’autres motivations.

    Certes, le ministre est un nouveau venu au gouvernement. Il y a juste un an, il a remplacé Anas Doukkali, limogé. Dans la foulée, Doukkali a perdu sa carte du PPS. Cependant, Aït Taleb ne peut pas arguer de l’inexpérience, puisqu’il était secrétaire général, le plus haut fonctionnaire, de ce même ministère avant d’en devenir le ministre. Il devrait y avoir appris ce que veut dire la prise en charge des intérêts, de tous les intérêts, de la Nation. Il y a dix ans le PIB/tête indien était de 998 dollars.

    Aujourd’hui il est de 2.002 dollars. Dans 7 ans, il dépassera celui du Maroc. Il n’y a pas de miracle.

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc