×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Paralysie

    Par L'Economiste| Edition N°:3420 Le 09/12/2010 | Partager

    Une métropole invivable...ce n’est pas une fatalité. Casablanca continue d’être victime d’un morcellement administratif et d’un manque de cohérence dans de nombreux domaines, notamment les transports. Il suffit de prendre son véhicule et tenter désespérément de circuler pour le réaliser. Les automobilistes avaient fini presque par l’oublier, même si les indices se multipliaient ici et là. Pourtant il aura fallu à la circulation quelques jours d’asphyxie et d’exaspération générale, pour se rendre à l’évidence. La métropole économique a atteint un point de non retour. Une à deux heures pour passer d’un quartier à l’autre de la ville, soit pratiquement l’équivalent d’un Casa-Rabat en train. Pas de place où se garer, des bouchons interminables, des agents de la circulation, lorsqu’il y en a, désemparés. La faute aux intempéries, peut-être, mais aussi à une gouvernance locale peu charismatique. Il y a lieu en effet de s’interroger d’une part, sur ceux que nous avons mandaté pour nous sortir de ce désastre et d’autre part, sur le rôle et l’efficacité de chaque maillon des collectivités territoriales dans un système visiblement à bout de souffle. La liste des chefs d’accusation est longue. Les élus, les décideurs, n’ont pas su s’adapter aux évolutions démographiques, sociétales et économiques que connaît une ville comme Casablanca. Sur un chantier où l’on attend d’eux qu’ils équipent, innovent, construisent, et anticipent également les enjeux de la transformation des besoins de mobilité et d’accessibilité urbaine. C’est sans doute une autre facette de cette paralysie!En fait, réinventer à la ville un avenir ne passera pas uniquement par une mise à niveau de ses infra-structures, mais aussi par une redéfinition du cahier des charges de sa faune politique.Mohamed Benabid

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc